Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/09/2009

Mark Rothko: l'extase, la tragédie et la mort (mémoire de Master 2 recherche en psychanalyse

Bonjour, vous pouvez lire mon mémoire en ouvrant ce fichier:Mark Rothko,l'extase, la tragédie et la mort.doc

Pour élargir mon champ de recherche et dessiner des passerelles de pensée, je vais maintenant me pencher sérieusement sur un autre Grand: Nicolas de Staël. Vous pouvez voir quelques unes de ses oeuvres dans la rubrique "coup de coeur".

Commentaires

Dessiner des passerelles de pensée (pourquoi le singulier ?)
où sont posées des hirondelles....

L'expression évoque le dessin à l'encre d'un artiste japonais et,
libre à chacune ou chacun de poursuivre la mélodie poétique...

Écrit par : pierre Chante | 30/09/2009

oui c'est une belle image: des hirondelles posées sur le fil de nos pensées...

Écrit par : elise | 30/09/2009

Brava Elise ! Visiblement Rothko dans sa forme, de Staël par la suite un grand voyage et après, Nicky de Saint Phalle et la rôle feminin ? Pourqoui pas. Dès que maintenant ton public s'accroît par une personne de plus,
all thoughts fly, xxx, kate

Écrit par : k. | 27/12/2009

J'ai lu avec intérêt votre mémoire de M2 sur Rothko, d'autan plus que j'ai travaillé aussi sur Rothko avec des questions liées à la psychanalyse. Je vois que vous avez lu mon texte, qui je l'ignorais figure sur internet. Toutefois, la citation que vous m'attribuez, note 33, n'est pas de moi. Je ne m'y reconnais que dans les derniers mots qui ne sont cependant pas de moi non plus. Ne le prenez pas mal. Nous travaillons dans la même direction qui n'est pas celle de la psychanalyse appliquée c'est cela qui est important, surtout aujourd'hui face au travail de sape de la psychanalyse.
Nicholas de Staël est aussi un peintre qui m'intéresse et par son oeuvre et par sa vie. J'espère que je pourrai lire votre travail sur internet. Je travaille de mon côté sur Fabienne Verdier.
Bien à vous
Colette Lethier
Colette lethier

Écrit par : Lethier Colette | 22/04/2010

Les commentaires sont fermés.